Thèmes abordés, invité-es

 

Janvier 2006

« les relations clients/prostituées : un marché de dupes »
Didier Landau, Psychologue, Consultant au Mouvement du Nid

 

L’enquête du mouvement du Nid, réalisée par Saïd BOUAMAMA, Sociologue, porte sur un échantillon de 95 clients (pour plus de 500 contacts) sur l’ensemble du territoire national.

 

Elle propose une première typologie des clients ou des causes du « devenir-client ». Surprise: la grande majorité d’entre eux se disent déçus après…

 

En effet : «C’est frustrant», «C’est une poupée mécanique», «Il n’y a pas de tendresse»… 60% confient qu’il leur est arrivé, plusieurs fois, de ne pas concrétiser. Certains se sentent ridicules: «C’est pas glorieux.» D’autres parlent de dégoût, de honte, de culpabilité. Et tous s’interrogent: «Qu’est-ce que je viens de faire?» Paradoxalement, si la dévalorisation de soi explique le recours aux prostituées, celui-ci la renforce. C’est un piège, car ils n’y renoncent pas. Par peur de la séduction, l’acheteur de sexe se réfugie dans un monde qu’il peut contrôler grâce au pouvoir de l’argent.

 

Février 2006

« les fringues, dernier bastion de la différence ? »
Madame Klein, Fringologue, Place sainte Anne à Montpellier

 

Sujet pas si futile que cela, les vêtements signalent notre sexe biologique, notre genre social, notre sexualité, notre âge, notre statut social et notre degré de pouvoir, notre religion, Barthes parle de « l’acte de vêtement ». Il est toujours un marqueur de la différence entre hommes et femmes.

 

Nous avons évoqué en vrac la diversité proposé aux vêtements masculins mais dont ils n’osent user, et le fait que ses clientes achetaient principalement pour se plaire à elles-mêmes, pour la nouveauté, la fantaisie, pas dans un cadre de séduction amoureuse, aussi pour se démarquer de leur mère.

 

Mars 2006

« la vigne, c’est féminin ! »
Diane Losfelt, Ingénieur Agronome, Directrice du Château de l’Engarran, Saint-Georges-d’Orques

 

Diane Losfelt nous parle de son parcours dans le monde de la viticulture. Elle est ingénieur agronome de formation, et parmi les nombreuses distincitions, Chevalier du Mérite agricole, Dame du vin… Elle nous a merveilleusement conté l’histoire du Château de l’Engarran, du vignoble et des femmes qui s’en sont occupées, puis son parcours de jeune femme, mère, épouse vigneronne, dans un domaine assez masculin. Du genre humain, nous sommes passé-es au genre du vin, question que nous n’avons pas tranchée. Ce café se termine par une dégustation … de vin !

 

Avril 2006

« l’orgasme, une mystique des corps ? »
Lambert Lipoubou, Sociologue du corps

 

« L’orgasme, stade ultime de l’érotisation, retentit durant quelques secondes dans le cerveau comme un vertige éblouissant de la conscience. La satisfaction et le rassasiement qui accompagnent cette vague d’émotions assourdissantes, sont les seuls points de convergence théorique entre les hommes et les femmes »

 

Ce sujet m’est venu d’une interrogation : la fonction différente de l’orgasme féminin et masculin quant à la reproduction, et du fait de remarquer la quantité de discours sur l’orgasme féminin, bien moindre sur l’orgasme masculin.

 

Mai 2006 (Comédie du livre)

« la révolution par les femmes a-t-elle échoué après ou avant avoir eu lieu ? »
Corinne AGUZOU, auteure de « La révolution par les femmes » ed. Tristram, en collaboration avec la librairie LE GRAIN DES MOTS

 

« Comment répondre à la question : la révolution par les femmes avait-elle échoué avant ou après avoir eu lieu ? Comment admettre que « le féminisme est un oubli collectif récurrent, une espérance brûlée », et que « trente ans plus tard, on est plus avancées, dans la défaite » ?

 

Sans doute en imaginant un roman fou, utopique, onirique, ironique, un roman de combat ». Josyane Savigneau, Le Monde des Livres du 2/2/06 ».

 

Nous verrons comment les personnages imaginés par Corinne Aguzou, des femmes et des hommes rescapés, battants ou perdus, peuvent faire écho à nos problématiques actuelles d’égalité, de respect, de différence.

 

Juin 2006

« sexisme, homophobie : de nouveaux outils pour lutter (HALDE etc.) »
Hussein Bourgi, Président du Collectif contre l’Homophobie

 

Entendu à la Gay Pride : « tant qu’il y aura du sexisme et du racisme, l’homophobie ne régressera pas ». Sachant que ce sont les mêmes racines dans la pensée sociale qui expliquent le sexisme et l’homophobie : l »assignation de personnes à des comportements attendus en utilisant des stéréotypes, qui ont deux fonctions particulières : ils sont descriptifs et prescriptifs. Hussein Bourgi décrit la HALDE : par une loi du 30 décembre 2004 a été créée une Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité (Halde). C’est une « autorité administrative indépendante », qui ne dépend pas du pouvoir politique (mais c’est lui qui en nomme les membres, dont le mandat n’est pas renouvelable). Elle dispose de pouvoirs étendus et de personnel propre (dont le nombre et le budget sont jugés plutôt insuffisants par les associations), sans aller jusqu’à détenir un pouvoir de sanction. Nous évoquons également une nouvelle loi, du 7 décembre 2004 : « Renforcement de la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste ou homophobe ».

 

Septembre 2006

 « la nourriture au féminin/masculin »
Dr Laurent CHEVALLIER, nutritionniste, botaniste, auteur de « Vive les plantes » (ed. Fayard, 2006) en collaboration avec la librairie SAURAMPS

 

Nos choix alimentaires sont-ils sexués ? Etude de quelques mythes à ce sujet et détours par l’industrie agro-alimentaire. Quel rôle joue l’alimentation dans la séduction (vertus réelles ou supposées des aphrodisiaques…) ? Quelle est l’influence des aliments sur la physiologie ? L’alimentation moderne est-elle castratrice pour les hommes ? (régulateurs endocriniens…) Que penser de la problématique des régimes ?

 

Octobre 2006

« stéréotypes de genre et éducation : que sont les « programmes cachés »
Jacques GLEYSE, professeur en STAPS, spécialiste d’anthropologie du corps

 

Nous décodons les stéréotypes sexués que nous avons peut-être reçus en héritage, que nous, en tant que parents, enseignants, transmettons -ou pas! – dans l’éducation des enfants. Quelles influences ont-ils sur nos vies futures en tant que possibles assignations à des places sociales rigides et sexuellement hiérarchisées ?

 

Novembre 2006

 « politique : les femmes et les hommes s’engagent-ils pour les mêmes raisons ? »
Sandra FREY, sociopolitologue

 

Décembre 2006

 « discussion libre autour d’un thème choisi par les participant-es »

 

L’une d’entre nous propose que l’on parle du corps sexué, qui renvoie les femmes à la maternité et par là à la naturalité, et l’homme à l’humanité, à la culture. Il y sera également question de sexualité animale.

 

Rendez-vous

Rendez-vous

 

association
PSYC & GENRE

(cafés de discussion à thèmes, groupes de paroles, journées de réflexion)

Actualités des cafés du genre

CAFE DU GENRE MARDI 14/03 à 18H30

"Prostitution, pornographie : même violence faite aux femmes ?", avec Didier Landau, psychologue, chargé de formations "Travail social et prostitution" pour le Mouvement du Nid.

Brasserie Le Dôme, av. Georges Clémenceau, à Montpellier 34.

Actualités des cafés psycho

ATTENTION : CAFE PSYCHO ANNULE

JEUDI 15/06 à 18H30

"Qu'attendons-nous de nos ami-es ?"

au restaurant les Coulondrines
à Saint Gély du Fesc (34).

Thèmes des cafés

Vous trouverez tous les thèmes déjà traités des "Cafés Psycho" et "Cafés du Genre" :

CAFÉS DU GENRE (Montpellier) dans le menu "cafés du genre"
CAFÉS PSYCHO (Saint Gély du Fesc) dans le menu "cafés psycho"

 

A l'occasion des dix ans des cafés du genre, un album a été créé (par une adhérente de l'association) pour fêter l'événement :

http://albumcafesdugenre.mariottipsy.com